Maître de l’Ouvrage : Département des Pyrénées Atlantique

Montant Prévisionnel des Travaux : 3.250.000 € HT

Concours 2017 . Projet non Lauréat

Le projet de Collège pour 180 élèves au centre du village d’Arette se caractérise essentiellement par

les difficultés d’accès au site et la surface restreinte du terrain d’assiette, le programme étant par ailleurs

sans contrainte hors standard.

Il offre une ouverture intéressante sur l’orientation des salles de classe au Nord et la distribution par

coursives couvertes mais ouvertes à l’air libre.

L’analyse des contraintes principales nous amène à proposer des solutions à la fois pour organiser et

fluidifier l’accès au site et pour architecturer les fonctions du collège proprement dit.

La circulation prévisible aux heures de pointe appelle un espace que les infrastructures actuelles

n’offrent pas.

Nous avons donc décidé d’amputer le terrain attribué au projet d’une surface d’environ 500 m2 pour

développer un parvis qui permette la circulation des piétons en sécurité, le stationnement et le rayon de

giration des deux autobus et l’arrêt-minute des parents déposant leurs enfants (environ 10 places).

De plus, un collège est un bâtiment public structurant important qui appelle un développement urbain à

l’échelle du projet qu’il dessert. Notre Parvis joue ce rôle.

Ce choix fort a des conséquences sur la suite du projet.

• Il permet d’implanter une entrée de collège noble sur une façade principale qui prend tout son

sens.

• La possibilité de faire demi-tour sur le parvis décharge la circulation sur la voie périphérique du

Centre de secours, au bénéfice de la préparation et des sorties des engins de secours,

autorisant également le maintien et la création au total de 18 places de stationnement et la

manoeuvre des véhicules de livraison et d’enlèvement de la demi-pension.

• Le stationnement souhaité pour le collège (de 6 à 12 places) ne pourra pas être dans l’enceinte

clôturée mais plutôt sur la voie publique de celui-ci.

Le parti architectural que nous proposons est celui d’un ensemble bâti autour d’une cour centrale dont

la rigueur orthonormée s’accommode de la géométrie aléatoire des limites de propriété.

De cette cour centrale émerge le volume cubique du CDI qui est le coeur de l’établissement.

Ce volume est habillé d’une façade complexe en béton Ductal formant claustras, dont la transparence

permet de mettre en valeur le savoir par son contenant.

Afin de compenser la faible surface des espaces verts, nous proposons d’exploiter la texture de ces

claustras pour y déployer des plantes grimpantes et associer ainsi la sensibilité du végétal à la rigueur

du béton. Nous développons dans le projet le principe des claustras en béton Ductal pour traiter les

parois, des coursives et escaliers ce qui génère une ambiance lumineuse très animée.

Toujours pour compenser le manque de surfaces végétalisées, nous proposons d’exploiter le volume

supérieur du CDI traité en kiosque et ombrières, en espace d’enseignement extérieur pour que les

Professeurs puissent y dispenser leur savoir à la façon de Platon au pied de l’Acropôle.

La façade principale donnant sur le Parvis s’étire sur 60 mètres pour affirmer la présence du Collège.

C’est un volume bas et épuré qui laisse deviner par la transparence de l’entrée et par le contraste des

matériaux l’architecture plus recherchée du CDI.

Le blanc des façades, déjà usuel en Barétous, est adouci par la suggestion de parements en

maçonnerie de galets, en rappel des murets bordant la rue Léré de Biscaye.

Le niveau de référence du Collège étant arrêté trois mètres plus bas que la rue Marcel Loubens, le

piéton et le voisinage auront une perception très atténuée de l’impact des volumes bâtis sur le site. Pour

adoucir encore cette perception, nous proposons de végétaliser les terrasses de l’aile Ouest et Sud du

Collège.

Pour le schéma fonctionnel du collège, nous avons retenu les principales lignes directrices suivantes.

• Nous avons systématisé la possibilité offerte par le programme de traiter les circulations en

coursives ouvertes.

Au rez-de-chaussée, les coursives suivant la périphérie de la cour centrale sont couvertes par

des casquettes et des porte-à-faux de bâtiment sans poteau afin d’amplifier la surface de la cour

de récréation sur les circulations.

A l’étage, les salles de classes sont desservies par la coursive au Sud et mono-orientées plein

Nord, garantissant une lumière stable sans surchauffe liée à l’ensoleillement direct.

• Nous avons porté une attention particulière aux liaisons fonctionnelles prioritaires entre les

différents pôles exprimées dans le programme avec un soin accru sur la notion de surveillance

des lieux.

Le bureau des surveillants a une vision panoptique sur les parvis d’entrée, le local vélo, la cour

de récréation, le préau et les sanitaires.

Il est contigu à la salle d’études et très proche du foyer.

La distribution par coursive ouverte nous permet d’ouvrir les baies des bureaux administratifs,

salle des professeurs et toute la demi-pension sur la circulation périphérique du CDI central

augmentant ainsi la surveillance passive de ces lieux.

Le CDI est entièrement vitré derrière les claustras et les cloisonnements intérieurs sont

majoritairement vitrés, ce qui constitue une possibilité complémentaire de surveillance.

Pour le traitement intérieur de l’architecture, nous proposons de décliner autant que possible le bois

en essences locales, hêtre, peuplier, ce qui va dans le sens à la fois d’une architecture durable et

d’ambiances chaleureuses.

Nous poserons donc des voligeages de bois local en finition naturelle sur les plafonds de toutes les

coursives et préau, l’ouverture à l’air libre de ces locaux autorisant la pose de bois massif en plafond.

Cette disposition permet également de traiter la correction acoustique de ces lieux.

Pour les locaux appelant un traitement particulier, CDI, foyer, restauration…. nous proposons un

panneautage mural toujours en bois local massif en quantité et mode de pose règlementaires.

En terme de surfaces, notre projet respecte rigoureusement le programme sauf pour la cour de

récréation de 600 m2 pour 900 demandés.

Les choix architecturaux que nous avons précédemment exposés en terme de fonctionnalité du parvis,

de rigueur des tracés régulateurs, de respect de l’exposition des salles de classe au Nord, de répartition

des locaux entre le rez-de-chaussée et l’étage pour des raisons fonctionnelles et de préservation des

vues du voisinage, nous ont amené à devoir minimiser cette cour de récréation.

Mais cela ne sort rien à la qualité de cet espace en termes d’échelle, d’exposition au Sud et de

protection aux intempéries, de confort et de sécurité.

Pour conclure, nous proposons une architecture simple, épurée et rigoureuse, en introduisant quelques

éléments de complexité afin d’enrichir les ambiances, tant extérieures qu’intérieures pour créer des

espaces variés propices à la concentration et à l’étude.